Le Centre de Danse du MaraisDepuis 1970

Au n° 41 de la rue du Temple, au cœur du Marais parisien, une adresse connue au-delà des frontières, un porche conduit le visiteur dans la cour pavée d’une bâtisse historique  du XVII ème, l’hôtel Berlize. Depuis près de 50 ans, un CENTRE DE DANSE y fait vibrer le quartier !
Une ville dans la ville vit au rythme de la musique et de la danse : jamais de silence… De 9h à 22h on y danse, on y joue, on y chante!
C’est une expérience totale dans un lieu insolite!

La Danse, sans frontières

Au Centre de Danse du Marais se mêlent sans se déranger, studios de danse et chant, théâtres, restaurant.

Dans un mouvement perpétuel se croisent des danseurs de tous niveaux et de tous âges rompus à la Danse Classique ou prêts au voyage : Danse Africaine, Contemporaine, Jazz, Salsa, Funk, Hip-Hop…

Le Centre est ouvert à tous avec une vraie volonté d’accueil, les gens viennent bien sûr pour la danse mais aussi pour l’endroit, pour la musique, pour les amis. Shakespeare, Goldoni et Molière s’y sont également donnés rendez-vous.

Une centaine de professeurs enseignent près de 70 disciplines au sein de 18 studios du centre  ou les voix d’opéras se mêlent aux envolées jazzy. Les corps respirent, se détendent et se rechargent.

Le Centre de Danse du Marais abrite aussi une école de comédie musicale, Les Enfants de la Comédie Musicale. Vous pourrez également y découvrir différentes expositions et conférences sur la danse.

Attirant une clientèle hexagonale et internationale, le Centre irradie d’une force et d’une énergie sans pareil. La magie des lieux opère sur tous ceux qui entrent dans cette cour.

Danseur ou simple promeneur partagent ainsi l’âme du Centre de Danse du Marais.

L’âme de la danse est magnifiée par la splendeur de ce lieu ; est-ce la rencontre de l’architecture, 1580, et de la création en 1581 du « Ballet comique de la Reine »  par Beaujoyeulx , première grande date de l’Histoire du ballet ?.Yves Casati, danseur de l’Opéra de paris

Un lieu, une histoire

L’histoire de ce site commence au XVIème siècle autour de 1580, quand les parents du seigneur de Berlize achètent un terrain rue Pierre au Lard (une ruelle insignifiante qui n’aurait jamais pensé qu’elle tiendrait la vedette des chroniques locales au XXIème siècle) pour y bâtir un hôtel particulier.

Il devient au XIXème siècle un relais de poste ou bureau de roulage à l’enseigne de “l’Auberge de l’Aigle d’Or”. Il échappe à la démolition en 1920, grâce à ses façades classées, mais frappé d’alignement avec la rue du Plâtre, il est laissé à l’abandon.

Il sert alors d’annexe aux halles de Paris, tour à tour hangar, entrepôt ou atelier, traité sans aucun ménagement. La cour s’est couverte d’une charpente qui en détruit totalement l’esthétique.

Il est vendu par adjudication avant la deuxième guerre mondiale. Les parents des actuelles propriétaires en font l’acquisition mais perdent la vie en déportation. Leurs filles se promettent alors de le restaurer, en souvenir de leurs parents mais aussi par goût des belles pierres et volonté de restituer à la collectivité un élément prestigieux de notre patrimoine national.

Si le Centre existe aujourd’hui, on le doit à la passion de Micheline Carrance, fondatrice du Centre. Antoine Carrance, son fils, est en  aujourd’hui le directeur.

Aux débuts des années 70, elle ouvre la première salle avec un professeur de danse classique.

Au fil des années, le centre de danse se développe, onze studios s’ouvrent, ils s’appellent Ravel, Offenbach, Berlioz, Lully, Chopin…

Aujourd’hui toutes les danses du monde y sont enseignées avec un niveau d’exigence qui a établi et maintient sa réputation.

Antoine Carrance

« J’ai la chance de diriger ce lieu magique créé au début des années 70 par ma mère Micheline Carrance, pharmacienne reconvertie en fondatrice et directrice du Centre de Danse du Marais. Le choix s’est ensuite présenté à moi (le jeune biochimiste cède à son tour aux sirènes de la danse pour en devenir le directeur).

Elevé dans cette culture depuis l’enfance, Pina Bausch et Maurice Béjart ont été des révélateurs de ce que serait ma vie. Ce lieu unique en son genre, sous nos deux directions, a toujours gagné en notoriété. Les jeunes danseuses d’hier inscrivent leurs propres filles aujourd’hui aux cours de prestigieux professeurs, pour ne pas dire des Maîtres. Et les enseignants, toutes générations confondues, sont des références pour les élèves.

Ici, nous nous positionnons comme un bouillonnement de projets et un vecteur de liens. Non content de voir la curiosité des parisiens, des admirateurs ou des flâneurs perdus dans la cour carrée, les vibrations qu’envoie le Centre de Danse du Marais ne laissent, pour mon plus grand plaisir, personne indifférent. »